Rédaction web et inspiration : comment trouver des idées pour vos contenus

Aujourd’hui, nous allons vous donner quelques astuces pour trouver de l’inspiration lors de la rédaction de vos articles, dans le cadre de votre stratégie de contenus.

Le but n’est pas de vous dire de quoi parler, mais, une fois un thème identifié, trouver des idées de vocabulaire. Cela dit, pourquoi ne pas commencer par vous donner des pistes pour trouver de l’inspiration, si vous êtes angoissé devant une page blanche… ou plutôt un écran.

Trouver des sources d’inspiration

Google Trends, tout savoir sur les tendances

On le sait, Google est votre ami – en général. Mais Google Trends est ton ami, toi rédacteur web qui cherche la bonne idée.

Pour ceux qui ne connaissent pas encore, Google Trends est un outil qui donne des statistiques sur les tendances de recherche des internautes; ces données étant filtrables par période et par pays, voire par région. Par exemple, voici le résumé des tendances de recherche 2017 en Belgique dans la section « personnalités  »  :

Vous pouvez ainsi faire une recherche sur une thématique donnée, santé, science, divertissement, etc. L’idéal est de s’inscrire aux notifications pour être alerté, sans avoir besoin de consulter l’outil au quotidien. Mais Google Trends est malgré tout assez généraliste, et ne vous apportera pas votre sujet sur un plateau.

Faire de la veille

L’autre méthode est bien entendu de mettre en place une stratégie de veille, si possible en utilisant un outil d’aide à la veille tel qu’un agrégateur de flux RSS (Feedly ou theoldreader, par exemple) ou un autre outil de curation de contenus, tel que ScoopIt. C’est un gain de temps énorme, pour un veilleur / rédacteur, et la lecture régulière des articles de votre domaine peut vous apporter des idées de sujets sur lesquels rebondir, ou bien encore non abordés par la concurrence. Mais que cela ne soit pas l’occasion pour plagier les articles, bien entendu : à vous d’écrire sur un sujet avec vos mots !

Identifier les questions

La mode actuelle est à la formulation de questions, depuis que Google a mise en place les PAA (People Also Asked, ou Autres Questions Posées, en bon français…) :

L’avantage de cette nouvelle fonctionnalité ? Google montre en priorité les questions que les internautes posent le plus souvent. Ce nouvel affichage est la conséquence direct d’une nouvelle tendance : les recherches vocales. De plus en plus d’internautes lancent une recherche par la voix, en la dictant à leur smartphone : c’est l’ère de la domination du media mobile sur le PC. Internet est en effet plus utilisé sur les écrans de nos smartphones que sur PC, dans le monde.

Si vous désirez être encore plus systématique dans votre recherche, nous vous conseillons l’excellent outil AnswerThePublic : sous un aspect austère, il vous déniche la quasi totalité des questions posées sur un sujet.

Voici un exemple réalisé sur le terme « rédiger pour le web» : answerthepublic va nous proposer par exemple les questions suivantes :

  • comment rédiger un article web ?
  • comment rédiger contenu web ?
  • qu’est-ce que la rédaction web ?

etc.

Toutes les propositions ne sont pas pertinentes, à vous de filtrer. Si le résultat est faible, il est possible que ce soit votre requête (le mot clé entré) qui soit trop peu cherchée, donc pas assez intéressante…

Un autre outil pour trouver les questions posées par la concurrence : l’outil d’analyse SEO textfocus.net, qui permet également d’extraire les questions, comme le montre cet exemple, riche en idées pertinentes :

Le but est de prendre le temps d’analyser chaque question : les concurrents répondent-ils mieux à la question que vous le feriez ? Y a-t-il une question utile à laquelle personne ou presque ne répond ?

Une fois une question identifiée, lancez-vous sur la rédaction de l’article : si vous pensez à placer la question aux bons endroits (balise title, et/ou balise H1), il y a même des chances que vous ressortiez un jour sur la fameuse « position zéro », le feature snippet qui propose votre contenu avant les résultats naturels.

Faire un brainstorming

Peut-être aurions-nous pu commencer par là, mais la bonne vieille méthode du brainstorming fonctionne aussi pour trouver des idées de rédaction. Nous conseillons tout de même de noter les idées dans un outil de mindmapping, tel que MindMeister ! C’est bien plus efficace, car cela permet de partager ses notes, et d’éviter de les perdre…

Trouver les bons mots clés et le bon vocabulaire

Une fois votre sujet identifié, il faut rédiger ! Et pour rédiger, il va falloir trouver les mots qui vont rendre votre contenu plus expert aux yeux des internautes, et plus pertinent à ceux des moteurs de recherche. Rien ne vous empêche bien entendu, si vous maîtrisez le sujet, de rédiger l’article selon votre inspiration, en suivant votre intuition…mais il est tout de même préférable de se documenter un minimum au préalable, et de s’interroger sur la principale question, à savoir : à qui est destiné votre article ?

Un blog aura de nombreux moyens de gagner en visibilité : les réseaux sociaux, donc la viralité, le mailing dans le cas d’une newsletter, et les recherches naturelles dans le cadre du référencement. C’est surtout pour ce dernier canal – le référencement naturel – qu’il faut bien choisir ses mots.

Connaître sa cible

L’article que vous rédigez n’est pas pour vous : si votre lectorat est plutôt féminin, ou jeune, ou d’une autre culture, analysez votre cible au maximum avant d’écrire, car cela influencera votre manière d’écrire. On appelle cela l’étude des personas : le profil type, ou les profils types de vos clients, lecteurs ou visiteurs.

Non seulement, cette étude – plus ou moins approfondie (inutile d’y passer des heures à chaque fois, la cible ne changeant pas forcément) – permet de trouver le ton juste (faut-il tutoyer ou vouvoyer ? Parler le langage jeune ou commercial ? Être expert ou généraliste ?), mais elle permet également de trouver les mots utilisés par cette cible. Ainsi, les geeks parlent de « binge watching » quand ils dévorent une série netflix, et les experts audiovisuels de « voice-over » et non de doublage, ce que dirait le commun des mortels…

Architecturer son article

L’étape la plus importante lors de la rédaction de l’article est la préparation du plan de l’article. En somme, faites le sommaire avant tout.

Vers où voulez-vous aller ? Comment est organisé votre article ?

Cela permet d’avoir les idées claires, et de s’assurer que l’on sait où l’on va, et comment on y va.

Encore une fois, rien ne vous empêche de faire le plan sous forme de prise de notes, ou par une carte mentale. Si vous écrivez dans un CMS tel que WordPress, n’écrivez que les titres du contenu pour commencer, en conservant l’article en brouillon bien entendu.

Trouver les bons mots

Passons à l’étape de la recherche de vocabulaire. Il est préférable de savoir quel vocabulaire utiliser avant de commencer à écrire, car les termes identifiés peuvent guider l’ensemble de l’article; il est plus complexe d’insérer les termes après la rédaction, même si cela n’est pas impossible.

La première méthode est de faire une recherche Google et de se pencher sur les suggestions en bas de page, appelées « Recherches associées ». Un exemple pour un article traitant de la conservation de la biodiversité :

On voit que cette recherche nous propose de parler du « comment », de préservation, des actions, des solutions, etc. Si Google vous le propose, cela signifie que les internautes qui cherchent le terme principal de votre article, cherchent également ces sujets, ils sont donc « connexes ».

On peut également s’appuyer sur des outils d’analyse sémantique, tels que textfocus.net. Faisons le même test avec ce dernier outil :

 

L’analyse de textfocus a été faite sur l’extraction du contenu des concurrents placés sur notre requête, et propose les termes intéressants sur le plan sémantique. Il n’y a aucune obligation de les utiliser, mais cela donne un certain nombre d’idées de départ pour fournir notre vocabulaire de départ, notre corpus sémantique, dans lequel nous pouvions piocher.

D’ailleurs, piocher dans ces listes nous permet d’avoir un vocabulaire plus riche, moins alourdi par les répétitions, et de trouver les termes d’experts dans certains cas.

Pensez par ailleurs à agrémenter vos articles d’exemples, sans craindre de citer des noms propres ou des sociétés, car ce sont des « entités nommées », qui donnent sens à vos articles. Google aime ça, car Google aime être sûr du sujet abordé, il déteste le flou.

Agrémentez le tout

Une fois l’article rédigez, relisez-le au moins 2 fois : une fois pour l’orthographe, une fois pour mettre des sauts de ligne, des listes à puce, des mises en gras, afin de rendre votre message plus lisible et plus digeste…

Pensez également à trouver quelques illustrations, si possible avec légende et balises “alt”, afin de rendre le tout bien plus agréable à lire par l’humain… et le robot !

EN GUIDE DE CONCLUSION

Nous pourrions rédiger un article 10 fois plus long, tant les moyens de trouver des idées sont nombreux… Mais nous préférons vous laisser la parole. Quelles sont vos méthodes ? Que pensez-vous des astuces présentées ici ? Quelles sont les vôtres ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

mi, porta. libero Phasellus efficitur. nec ut tristique massa felis tempus